PACEA — De la Préhistoire à l'Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie.

PACEA — De la Préhistoire à l’Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie. UMR 5199, Université de Bordeaux, CNRS.


Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

notre labex

Rechercher





Accueil du site > À la une

Restitution de sépultures et d’ossements au Maroc

par Anne-Cécile Jouvin - publié le

Une dizaine de sépultures et des ossements de la nécropole de Skhirat ont été rapatriés à Rabat en avril 2019, après 35 années passées à l’université de Bordeaux. Une cérémonie de restitution a lieu le 26 septembre notamment en présence de personnalités du campus bordelais, d’Anne Delagne et de Jean-Paul Lacombe.

Sur le littoral à 25 km au sud-ouest de Rabat ont été mises au jour une centaine de tombes, aux nombreux ossements d’enfants exceptionnellement bien conservés. Provenant de la nécropole de Skhirat, ce précieux patrimoine archéologique est daté entre 4380 et 4300 ans avant JC, et s’inscrit dans le Néolithique moyen marocain. Il est à l’origine d’un style céramique original, dit « de Skhirat », dont les principales caractéristiques se sont diffusées au-delà de l’Afrique. Crédit photo : Restes humains provenant de la nécropole de Skhirat, Maroc © université de Bordeaux

Découverte lors de travaux dans une sablière, la nécropole de Skhirat a fait l’objet de fouilles de sauvetage entre 1980 et 1984. Celles-ci furent co-dirigées par Jean-Paul Daugas (ministère de la culture, France) et Fatima-Zohra Sbihi-Alaoui (Insap - Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine, Maroc) dans le cadre des travaux de la Mission archéologique française au Maroc. Une fois l’ensemble du matériel cartographié et les positions des corps dessinées, les scientifiques ont prélevé, en bloc, diverses unités. Une partie des unités funéraires a été apportée à Bordeaux au milieu des années 80 pour y être étudiée puis a récemment été rapatriée au Maroc.

Voir en ligne : Restitution de sépultures et d’ossements au Maroc