PACEA — De la Préhistoire à l'Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie.

PACEA — De la Préhistoire à l’Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie. UMR 5199, Université de Bordeaux, CNRS.


Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

notre labex

Rechercher




Accueil du site > Animation scientifique > Divers

Nouveaux arrivants à PACEA (octobre 2016)

par Isabelle Esqurial - publié le , mis à jour le

Nicolas Antunes {JPEG}Après avoir soutenu sa thèse en novembre 2015, Nicolas Antunes revient à PACEA dans le cadre d’un projet LaScArBx nommé "PAPUA” porté par Marian Vanhaeren. Durant ce post-doc d’un an, débutant au 1er octobre 2016, Nicolas travaillera en collaboration avec des spécialistes indonésiens et internationaux de multiples domaines (archéologie, anthropologie sociale et culturelle, éthologie humaine, modélisation et génétique des populations). Il étudiera notamment les relations entre environnement, diversité culturelle, linguistique et génétique de Nouvelle-Guinée par le biais de la modélisation de niches écoculturelles en vue d’établir un référentiel ethnoarchéologique utile aux archéologues.

 

 

Marion Binde {JPEG}

Marion Binde a obtenu le master « Anthropologie Biologique-Préhistoire » en juin 2015. Elle débute sa première année de doctorat à PACEA sous la direction de Christopher Knüsel et David Cochard. Le thème de sa thèse est : « Statut social des chevaux aux périodes protohistoriques et historiques : approche ostéobiographique des populations équines des sépultures d’élites ». Par le biais d’analyses paléopathologiques, l’objectif de ce projet est de déterminer la place accordée au cheval au sein des sociétés humaines passées en s’intéressant particulièrement aux changements enthésiques (Quelles étaient ses fonctions ? Ses conditions de vie ?). Une partie importante de ce travail vise à constituer des référentiels et étudier des individus issus de contexte funéraire notamment les équidés mis au jour à proximité de la tombe de Childéric Ier à Tournai (Belgique).

 

 

Mathieu Bosq a obtenu son master « Anthropologie Biologique-Préhistoire » en juin 2014 au laboratoire PACEA. Ce master faisait suite à un premier master professionnel en Géoressources et Environnements à l’ENSEGID obtenu en septembre 2012. Il débute sa thèse à PACEA dans le cadre d’un projet LaScArBx porté par Pascal Bertran (INRAP/PACEA) sur le thème « Dépôts éoliens pléistocènes du sud-est de la France : sédimentologie, géochimie, paléoenvironnements et chronologie » co-encadré par Pascal Bertran et Jean-Philippe Degeai (Archéologie des Sociétés Méditerranéennes). L’objectif de ce projet est de réévaluer le cadre paléoenvironnemental des occupations paléolithiques du sud-est de la France qui est une région globalement considérée comme une zone refuge au cours des périodes les plus froides du Pléistocène. Une partie importante de ce travail consistera à réétudier ces formations éoliennes à l’aide de méthodes modernes dans le but de les cartographier, de caractériser leur environnement de dépôt (sédimentologie, malacologie), d’élaborer leur cadre chronostratigraphique (datations 14C, OSL) et de déterminer leurs sources potentielles (géochimie, minéralogie).