PACEA — De la Préhistoire à l'Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie.

PACEA — De la Préhistoire à l’Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie. UMR 5199, Université de Bordeaux, CNRS.


Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

notre labex

Rechercher




Accueil du site > Pages personnelles

MAUREILLE Bruno

Directeur de recherche au CNRS

Né le 24 Juillet 1963 à Toulouse

Un enfant, Aurore, né le 13 Juin 1994

Contact : b.maureille@pacea.u-bordeaux1.fr

Tél : 05 40 00 89 36 / 06 20 07 71 63

Principales responsabilités collectives

Directeur-adjoint de l’UMR5199-PACEA (2007-2010)

Directeur de l’UMR5199-PACEA (2011-2015)

Secrétaire scientifique de la section 31 du comité national de la recherche scientifique (2008-2012, Président : Didier Binder)

Président de la section 31 du comité national de la recherche scientifique (2012-2017, secrétaire scientifique : Martine Regert)

Parcours de recherche

- 1986 : Maîtrise Sciences de la Terre : Géologie fondamentale et appliquée. (Univ. Paul Sabatier Toulouse III).
- 1991 : certificat international de 3eme cycle des Universités Européennes (programme Erasmus) : Human evolution a multidisciplinary approach.
- 1994 : doctorat de l’Université Bordeaux 1, spécialité Anthropologie. La face chez Homo erectus et Homo sapiens. Recherche sur la variabilité morphologique et métrique. Mention très honorable avec les félicitations du jury. Directeur de thèse : Bernard Vandermeersch.
- 1996 : chargé de recherche première classe CNRS
- 2001 : habilitation à diriger des recherches de l’Université Bordeaux 1, spécialité Anthropologie. Variabilité dans le genre Homo : les mensurations des couronnes dentaires déciduales et permanentes.
- 2007 : directeur de recherche seconde classe CNRS

Activités scientifiques

Mots-clefs : Paléoanthropologie - préhistoire - évolution - comportement - archéologie - pratiques funéraires, gestes mortuaires - interactions hommes et environnements naturel ou culturel

Ma recherche porte essentiellement sur le peuplement de l’ancien monde : de la sortie du berceau africain à la colonisation complète de l’Eurasie par l’Homme anatomiquement moderne (Homo sapiens sapiens). Pour cela, mes activités se développent selon plusieurs axes principaux qui s’inscrivent dans tous les thèmes de l’UMR5199-PACEA

1) La variabilité morphologique et métrique du crâne dans le temps et dans l’espace, des populations définies dans le genre Homo (à l’exclusion des taxons exclusivement africains) avec un intérêt particulier pour les membres de la lignée néandertalienne. Je tente de cerner les causes et les conséquences des différents facteurs qui agissent sur la conformation des pièces osseuses crâniennes, dans la perspective d’une meilleure compréhension des relations phylogénétiques entre les populations fossiles. En effet, c’est surtout sur la base des vestiges crâniens que ces relations sont discutées. Pour cela, j’explore la variabilité des populations fossiles en discutant la validité des caractères dérivés définis dans les différents taxons. En effet, ils ont souvent été définis dans des travaux très anciens où l’analyse typologique était la règle. Leur définition est réductrice et trop souvent basée sur une description simplifiée à l’extrême d’une forme plutôt que sur la mise en évidence des facteurs qui ont conduit à l’existence de cette forme. L’absence de dépression sous-orbitaire des Néandertaliens assimilée à l’absence de fosse canine en est un excellent exemple. Cette recherche s’accompagne nécessairement de la mise en place de référentiels actuels les plus variés et les plus complets possibles, d’une étude du fonctionnement du système sutural et de la mise en place d’approches différentes pour définir de nouvelles données métriques permettant de mieux cerner la forme (morphométrie 3D, imagerie numérique, reconstitution virtuelle).

2) De plus, en fonction de fossiles humains dont j’ai la responsabilité scientifique, je développe des recherches sur la variabilité morphologique et métrique de différents éléments squelettiques, dont essentiellement les dents qui ont été l’objet de mon HDR. Ces recherches s’accompagne de la mise en place de nouvelles approches statistiques visant par exemple à définir une diagnose taxinomique probabiliste des vestiges isolés et souvent négligés, à tenter de reconstituer la variabilité estimée de populations (et plus de groupes) fossiles.

3) Je mène aussi des recherches sur la variabilité des nourrissons dans le genre Homo suite à la découverte des vestiges de nouveau-né du Moustier (Maureille, 2002) et d’autres spécimens du Paléolithique moyen.

4) Enfin, je participe à des opérations archéologiques en France ou à l’étranger (comme directeur ou membre de l’équipe scientifique). Il s’agit de mon quatrième champ d’investigations. J’ai codirigé avec A. E. Mann (Princeton University) la fouille d’un gisement du Paléolithique moyen des Pradelles (Marillac-le-Franc, Charente) où une centaine de nouveaux vestiges néandertaliens ont été mis au jour depuis 2001 permettant de discuter la question du cannibalisme (diététique ?) chez les Néandertaliens du stade isotopique 4. Ces vestiges ont été l’objet d’étude de la thèse de Célimène Mussini (2012). Suite à de nouvelles découvertes qui ont assez clairement modifié notre compréhension de l’histoire taphonomique des vestiges humains (Madelaine et al., 2008), depuis 2013, j’ai entrepris de nouvelles fouilles dans le célèbre gisement de Regourdou (Montignac-sur-Vézère) en Dordogne. De plus, je collabore (ou j’ai collaboré) aux équipes scientifiques d’autres fouilles programmées du Paléolithique moyen, Paléolithique supérieur, périodes historiques (telle que la mission française de l’île de Saï au Soudan (1995-2002) ; Dir. Philippe Geus).

Cette forte implication sur le terrain est naturellement liée à une double certitude : 1) une bonne compréhension des relations phylogénétiques entre les populations fossiles est dépendante de nos connaissances des contextes paléogéographique, paléo-environnemental et culturel dans lesquels elles ont évolué et il est donc nécessaire d’acquérir le maximum d’informations sur ces derniers et de maîtriser (au mieux) leur validité et 2) il en est de même quant le Paléoanthropologue souhaite investir la thématique de l’étude des comportements des populations fossiles (comme le cannibalisme, les pratiques funéraires au Paléolithique moyen avec le site des Pradelles, celui de la Chapelle-aux-Saints) ou qu’il s’intéresse à la variabilité des processus taphonomiques.

Recherches actuelles

Mes recherches actuelles se limitent essentiellement à mes activités de terrains à Regourdou, à la description de nouveaux fossiles humains (par exemple Spy I et Spy II (Belgique), El Salt (Espagne), Marillac (France), à l’enrichissement de ma base de données sur les mensurations dentaires des fossiles appartenant au genre Homo, au projet Labex LaScArBx Némo codirigé par J.-PH. Faivre, Ch. Lahaye et moi-même.

Principales collaborations externes

- Maria Dolores Garralda, Dpt of Anthropology, Complutense University, Spain
- Jean-Jacques Hublin, Dpt of Human Evolution, Max Planck Institute, Germany
- Alan E. Mann, Dpt of Anthropology, Princeton University, USA
- Hélène Rougier, Dpt of Anthropology, Northridge University, California, USA
- Erik Trinkaus, Dpt of Anthropology, Washington Universitty, Saint Louis, USA
- Patrick Semal, Dpt of Anthropology and Prehistory, Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique, Belgium

Mes cinq principales publications récentes

- Maureille B., Mann A., Beauval C., Bordes J.-G., Bourguignon L., Costamagno S., Couchoud I., Fauquignon J., Garralda M. D., Geigl E.-M., Grün R., Guibert P., Lacrampe-Cuyaubère Fr., Laroulandie V., Marquet J.-Cl., Meignen L., Mussini C., Rendu W., Royer A., Seguin G. et Texier J.-P., 2010. Les Pradelles à Marillac-le-Franc (Charente). Fouilles 2001-2007 : nouveaux résultats et synthèse. In Buisson-Catil J. et Primault J. (éds), Préhistoire entre Vienne et Charente. Hommes et sociétés du Paléolithique. Association des publications chauvinoises, mém. XXXVIII. Chauvigny : APC, pp. 145-162.
- Gunz Ph., Neaubauer S., Maureille B., Hublin J.-J., 2010. Brain development after birth differs between Neanderthals and modern humans. Current Biology, vol. 20, n° 21 : R921-R922.
- Rendu W., Beauval C., Crèvecoeur I., Bayle P., Balzeau A., Bismuth Th., Bourguignon L., Delfour G., Faivre J.-Ph., Lacrampe-Cuyaubère Fr., Tavormina C., Todisco D., Turq A., Maureille B., 2014. Evidence supporting an intentional Neandertal burial at La Chapelle-aux-Saints. Proc. Natl. Acad. Sc. USA., vol. 111, n° 1 : 81-86.
- Semal P., Rougier H., Crèvecoeur I., Jungles C., Flas D., Hauzeur A., Maureille B., Germonpré M., Bocherens H., Pirson S., Cammaert L., De Clerk N., Hambucken A., Higham Th., Toussaint M., van der Plicht J., 2009. New data on the Late Neandertals : direct dating of the Belgian Spy Fossils. Am. Journ. Phys. Anthrop., vol. 138, n° 4 : 421-428.
- Mussini C. et Maureille B., 2013. La gestion des morts au Paléolithique moyen : réflexions sur le comportement des Néanndertaliens. In, Jaubert J., Fourment N. et Depaepe P. (eds), Transitions, ruptures et continuité en Préhistoire. XXVIe congrès préhistorique de France – Bordeaux les Eyaies 31 Mai – 5 Juin 2010. Vol. 1 Evolution des techniques – Comportements funéraires, Néolithique ancien. Paris : Société Préhistorique Française, pp. 133-141.

Ouvrages

- Maureille B., 1994 (inédit). La face chez Homo erectus et Homo sapiens. Recherche sur la variabilité morphologique et métrique. Thèse de l’université Bordeaux 1, école doctorale de biologie, spécialité anthropologie, n° d’ordre 1079. T.I (texte), 486 p. dactylographiées, 74 fig., 90 tab., T.II (annexe), 148 p. dactylographiées, 2 fig. 101 tab.
- Maureille B., 2001 (inédit). Variabilité dans le genre Homo : les mensurations des couronnes dentaires déciduales et permanentes. Synthèse de l’activité scientifique pour l’obtention de l’habilitation à diriger des recherches. UMR 5809, Laboratoire d’Anthropologie des populations du Passé : Talence : Université Bordeaux 1, T. I (texte), 168 p, T. II (annexe), 124 p.
- Jaubert J. et Maureille B., 2012. Néandertal. Collection les petits vocabulaires de la Préhistoire. Bordeaux : éditions Confluences, 95 p.
- Maureille B., 2013. Les origines de la culture : les premières sépultures. Collection Le Collège, ouvrage mise à jour et révisé. Paris : Le Pommier / Cité des Sciences et de l’industrie, 133 p.

Ouvrages collectifs

- Vandermeersch B. et Maureille B., 2007 (éds). Les Néandertaliens, biologie et cultures. Documents préhistoriques 23, Paris : C.T.H.S, 342 p. (au 10 XII 2013 : 1500 exemplaires vendus).
- Vandermeersch B., Cleyet-Merle J.-J., Jaubert J., Maureille B. et Turq A., 2008 (éds). Première humanité, gestes funéraires des Néandertaliens. Paris : Réunion des Musées Nationaux, 142 p.
- Turq A., Despriée J., Airvaux J., Texier P.-J. et Maureille B., 2012 (éds). La conquête de l’Ouest : il y a un million d’années en Europe. Les Eyzies-de-Tayac : Maison de l’Histoire de France et Musée national de Préhistoire, 159 p.

Activités d’enseignement

Mon intervention dans le cadre de l’enseignement supérieur se fait surtout sous la forme de cours magistraux (et de quelques travaux pratiques) dans le cadre du master d’Anthropologie biologique - Préhistoire de l’Université de Bordeaux (à la demande des responsables des différents modules). J’ai aussi été amené à enseigner à l’Université de Provence, Toulouse III, Toulouse Jean Jaurès, de Poitiers ainsi qu’au Muséum national d’Histoire naturelle. De plus, j’ai fait aussi divers séminaires pour des Universités européennes ou américaines : Universités de Liège, de Gand, de Hambourg, de Louvain, de Philadelphie et surtout de Princeton. En effet, avec le Pr. Alan Mann, directeur du département d’Anthropologie de l’Université de Princeton, nous avons dirigé et animé de 2002 à 2012 une école d’été de 6 semaines (à Bordeaux) pour des undergraduated students de l’Université de Princeton. Elle comportait 4 semaines de cours théoriques sur la Paléo-Anthropologie et la Préhistoire et 2 semaines de terrain (field school associée à la fouille programmée des Pradelles) et accueillait une quinzaine d’étudiants tous les ans.

Valorisation des activités scientifiques vers un large public

Mes activités de valorisation sont nombreuses. Je considère que transmettre au plus large public possible nos résultats scientifiques fait partie du métier de chercheur. Ainsi, j’ai réalisé plus de 250 conférences grand public, écrit 2 livres de vulgarisation scientifique (éditions Le Pommier), 56 textes dans des ouvrages collectifs de diffusion de la connaissance scientifique (tels que Encyclopaedia Universalis), 61 articles dans des revues sans comité de lecture. Naturellement, j’accepte aussi de répondre à des interviews téléphoniques pour des journaux divers (Le Monde, Le Point, Le Figaro, Libération, Science et Vie, Pour La Science, La Recherche, etc), de participer à des émissions de radio (France Culture, France Inter, France bleu) ou de participer à des reportages télévisuels.