PACEA — De la Préhistoire à l'Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie.

PACEA — De la Préhistoire à l’Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie. UMR 5199, Université de Bordeaux, CNRS.


Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

notre labex

Rechercher





Accueil du site > Animation scientifique > Découvertes et actualités scientifiques

Expanding the horizons of Palaeolithic rock art : the site of Romualdova Pecina

par Anne-Cécile Jouvin - publié le

L’art pariétal est un incontournable patrimonial et documentaire pour comprendre les sociétés paléolithiques d’Europe. Longtemps cantonné au seul sud-ouest de l’Europe et à son fameux périmètre « franco-cantabrique », des découvertes récentes d’abord dans l’Oural, puis en Roumanie et aujourd’hui dans la péninsule des Balkans nous invitent à réviser nos référentiels pour la géographie de cet art paléolithique. Une récente publication dans Antiquity (Ruiz-Redondo et al.) menée par une équipe internationale dirigée par un préhistorien espagnol hébergé à l’université de Bordeaux publie un premier exemple d’art pariétal figuratif découvert dans le nord de la Croatie : Romualdova pećina (« la grotte de Romuald »).

La découverte remonte à 2010 en Istrie (Croatie) lorsque Darko Komšo (directeur de l’AMI) a remarqué l’existence de restes de couleur rouge dans la partie profonde de Romualdova Pećina (« la grotte de Romuald »). À la suite de cette découverte, une équipe internationale dirigée par le Dr Aitor Ruiz-Redondo alors sous contrat et financé par l’université de Bordeaux (IdEx, PACEA) et l’AMI a entrepris une étude détaillée des peintures et de leur contexte archéologique. Celle-ci a permis d’identifier plusieurs peintures figuratives, dont un bison peint dessiné au trait rouge, un bouquetin et deux possibles figures anthropomorphes, confirmant l’âge paléolithique des œuvres. En outre, des fouilles effectuées au droit du principal panneau peint ont permis de découvrir un certain nombre de vestiges paléolithiques : outil en silex, crayon de couleur ocre et plusieurs fragments de charbon de bois. La datation C14 de ces derniers révéla un âge estimé à environ 17 000 ans avant le présent. D’autres données indirectes suggèrent une chronologie plus ancienne pour les peintures d’environ 34 000 à 31 000 ans. Des recherches supplémentaires seront menées afin de confirmer l’âge de cet art rupestre.

Cette découverte élargit le registre jusqu’ici rarissime de l’art paléolithique en Europe du Sud-Est. Romualdova Pećina devient le premier site où l’art pariétal paléolithique figuratif est découvert en Croatie et, avec Badanj (Bosnie-Herzégovine), l’unique exemple d’art rupestre pléistocène pour l’ensemble des Balkans. Un nouveau projet, initié par A. Ruiz-Redondo et son équipe et financé par l’Académie britannique, est programmé sur ces deux sites.

Cette étude a été publiée cette semaine dans le numéro 368 de la revue Antiquity. Outre A. Ruiz-Redondo (PACEA, Université de Bordeaux – CAHO, Université de Southampton) et D. Komšo (AMI), D. Garate (IIIPC, Université de Cantabrie), O. Moro-Abadía (Université de Terre-Neuve), M. R. González-Morales (IIIPC, Université de Cantabrie), Pr. J. Jaubert (PACEA, Université de Bordeaux) et Pr. I. Karavanić (Université de Zagreb ; Université du Wyoming) ont participé à l’étude.