PACEA — De la Préhistoire à l'Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie.

PACEA — De la Préhistoire à l’Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie. UMR 5199, Université de Bordeaux, CNRS.


Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

notre labex

Rechercher





Accueil du site > À la une

Et si les derniers néandertaliens n’étaient pas ceux que l’on croit ?

par Isabelle Esqurial - publié le , mis à jour le

Au travers d’une étude détaillée du contexte archéologique de Saint-Césaire, une équipe de chercheurs des UMR PACEA et TRACES a démontré que de très importants mélanges avaient eu lieu sur le site à la suite de processus naturels, empêchant de déterminer si les restes néandertaliens étaient ou non attribuables au Châtelperronien. Des doutes avaient été émis très tôt sur la véracité de cette association à Saint-Césaire, et les intenses débats actuels sur d’autres contextes châtelperroniens (comme la Grotte du Renne à Arcy-sur-Cure) font qu’aujourd’hui, il reste particulièrement difficile de se prononcer sur l’auteur du Châtelperronien. De tels résultats imposent une révision complète des modèles : l’apparition du Paléolithique supérieur en France et dans le Nord de l’Espagne n’est peut-être pas en lien avec Néandertal, et la chronologie et les causes sous-jacentes de sa disparition sont à rediscuter.

Référence :

Gravina B., Bachellerie F., Caux S., Discamps E., Faivre J.-Ph., Galland A., Michel A., Teyssandier N., Bordes J.-G. - No Reliable Evidence for a Neanderthal-Châtelperronian Association at La Roche-à-Pierrot, Saint-Césaire. Nature : Scientific Reports, 2018-12. (DOI : 10.1038/s41598-018-33084-9)

Voir en ligne : CNRS INEE